Err

JEUNES AGRICULTEURS D'EURE-ET-LOIR
Actualités Syndicales
  Retour aux actualités

Journée Régionale Bovins Viande

Journée Régionale Bovins Viande
Jeudi dernier a eu lieu la journée régionale bovins viande à la ferme expérimentale des Bordes, un moment important pour la filière, notamment pour faire un point sur les grands changements à venir.

Une partie de la journée était consacrée à la prochaine Politique Agricole Commune (PAC) qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023 après validation par la Commission Européenne des propositions de Plans Stratégiques Nationaux que les 27 états-membres doivent rédiger.
Pour faire simple, les aides couplées seront moins avantageuses et celles découplées seront augmentées mais in fine, le montant des aides restera stable.
Pour les aides couplées, il est question de diminuer le budget des aides animales, les aides à la vache allaitante (ABA) et les aides bovines laitières (ABL) seront remplacées par les unités de gros bétail (UGB) qui seront plafonnées à 120 UGB primées par exploitation ; cette aide plafonnée sera partiellement compensée par la mise en place des éco-régimes.

La PAC 2023 – 2027 comptera probablement une nouvelle aide destinée aux protéines végétales, celle-ci apparait dans un contexte géopolitique agricole tendu, où la question de souveraineté alimentaire est mise en avant à toutes les étapes de la chaîne.

Concernant les aides JA, elles seront revalorisées sur le premier pilier de la PAC, passant de 1% à 1.5%.
S’agissant des aides couplées, elles subiront une augmentation, notamment avec le redéploiement des aides. En effet, le paiement vert disparaîtra pour laisser place à un éco-dispositif destiné à la protection de l’environnement qui concerna un quart des aides du premier pilier et qui sera accessible par trois voies : les pratiques agricoles avec les terres arables, les prairies permanentes et les cultures permanentes, la seconde voie d’accès se fera par les certification et la dernière par les IAE qui remplaceront les SIE.
Le second point d’amélioration des aides découplées est la convergence des aides au paiement de base à 85%, l’objectif est d’améliorer le niveau moyen de DPB et de réduire les écarts.

Le second sujet de cette journée concernait la loi Egalim 2. En effet, contrairement à la loi Egalim 1, la contractualisation des accords deviendra obligatoire pour toute la chaîne allant du producteur jusqu’au GMS.
La loi Egalim 2 crée des obligations différentes selon que l’on soit au stade de la relation « amont » (producteur agricole et premier acheteur) ou de la relation « aval » (fournisseur et distributeur).
En amont, soit la première vente de la chaîne, entre le producteur et le premier acheteur, la contractualisation obligatoire entrainera une durée de validité du contrat de trois ans.
L’objectif de cette contractualisation obligatoire est de protéger le producteur et fixer des prix justes, de plus, ce dernier devra établir son coût de production et le mentionner dans le contrat, celui-ci ne sera pas négociable par le premier acheteur. 
Un ensemble de clauses composeront le contrat, et notamment, celle du prix qui sera encadré par un tunnel avec une borne minimale et maximal choisit par le producteur.
Ainsi l’objectif de cette seconde loi est de réaliser ce qu’Egalim1 n’a pas été en mesure de faire, soit le paiement du produit à son prix de revient.

Un exemple de contrat vous est proposé ici


Rédigé le  2 mai 2022 14:26  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site